Urgences - dépannages 24h/24 022 420 88 11

Bilan des enquêtes administratives

Le 26.02.2015. SIG tourne la page d’un passé douloureux. Les enquêtes administratives et les audits sont clos, les mesures et sanctions sont prises, SIG se consacre entièrement à l’avenir.

SIG a lancé un certain nombre d’audits, internes et externes, sur ses investissements dans le domaine éolien notamment. Les conclusions de ces audits ont conduit le Conseil d’administration de SIG à ouvrir des enquêtes administratives et la Cour des comptes à procéder à un audit.

Dans ce contexte, le Directeur général à la tête de l’entreprise à ce moment a démissionné.

Dans son rapport, la Cour des comptes a émis un certain nombre de recommandations. La Direction générale a accepté toutes celles visant à améliorer les processus d’investissements et les processus de contrôle des opérations par la Direction générale et le Conseil d’administration. Regroupées avec celles émanant des audits lancés par SIG, ce sont plus de 100 recommandations qui sont en cours de concrétisation au sein de l’entreprise.

Les enquêtes administratives n’ont pas mis en évidence de fautes graves de la part de l’ancien directeur financier et de l’ancien directeur commercial. Une succession de manquements aux règles en vigueur à SIG ainsi que la précipitation due aux pressions des entreprises partenaires, peuvent expliquer certaines décisions qui se sont avérées regrettables.

Au vu de ces conclusions, le Conseil d’administration a, à l’unanimité moins une voix, pris la décision de réintégrer l’ancien directeur financier mis sous enquête et de lui adresser un blâme. Il n’est désormais plus membre de la Direction générale. Il sera chargé de missions importantes auprès du Directeur général, pour certains projets avec l’Université de Genève et de certains dossiers politiques. Une autre personne visée par l’enquête administrative avait déjà démissionné avant la fin des enquêtes. D’autres sanctions, moins graves, sont ou seront adressées à certains collaborateurs n’occupant pas des postes de direction mais ayant manqué de vigilance ou n’ayant pas respecté scrupuleusement les règles internes dans le traitement des affaires.

De plus, suite à une dénonciation de la Cour des comptes et une plainte émanant de SIG, une enquête pénale est en cours. SIG souhaite faire toute la lumière sur les pratiques d’un ancien cadre et du directeur d’une entreprise partenaire à l’époque, dans le respect de la présomption d'innocence.

Le Conseil d’administration confirme la volonté de SIG de contribuer à la transition énergétique voulue par l’Etat et la Confédération. Il a donc revu toute la stratégie NER (nouvelles énergies renouvelables), et fixé des règles claires et strictes qui devraient permettre de ne plus engager l’entreprise dans des projets trop risqués ou offrant un rendement insuffisant.

Le Conseil d’administration et la Direction générale pensent que cette page difficile de l’histoire de SIG est définitivement tournée. Ils relèvent que, durant les presque deux ans qu’ont duré les évènements susmentionnés, SIG a maintenu la qualité de ses prestations cœur, à savoir la fourniture d’électricité, d’eau, de chaleur et de gaz, comme le traitement des eaux usées et des déchets, pour donner entière satisfaction à ses 250.000 clients et à ses propriétaires, l’Etat de Genève, la Ville de Genève et les communes genevoises.

SIG n’entend pas commenter ce communiqué de presse.

Michel Balestra
Président du Conseil d’administration de SIG

Christian Brunier
Directeur général de SIG