Urgences - dépannages 24h/24 022 420 88 11

Le Jet d’eau fête ses 125 ans au bord du lac Léman

Depuis 125 ans, le Jet d’eau déploie son panache sur la rade de Genève. Il a été inauguré en 1891 pour la Fête fédérale de gymnastique et illuminé quelques jours plus tard pour les 600 ans de la Confédération. Depuis lors, il a pris de la hauteur : il est passé de 90 à 140 mètres. En 2016, le Jet d’eau compte deux nouveautés : la cabine d’éclairage avec des projecteurs LED moins gourmands en énergie et la passerelle qui le rend accessible à tous. Le Jet d’eau a été enclenché ce matin par le célèbre écrivain genevois, Joël Dicker.

Juillet 1891, plus de 4'000 sportifs se regroupent dans la cité de Calvin pour célébrer la Fête fédérale de gymnastique. Pour les accueillir, le conseil administratif de la Ville de Genève décide de déployer un Jet d’eau au-dessus de la rade. Il est alimenté par gravité par réservoir d’eau potable de Bessinge. L’eau s’écoule de la butte de Cologny jusqu’à la rade permettant de créer une colonne d’eau de 90 mètres.

Le conseiller administratif, Théodore Turrettini et le directeur du Service des eaux, Constant Butticaz rêvent d’installer une « fontaine lumineuse » au bord du lac Léman, un procédé récemment inventé par un scientifique genevois Daniel Colladon. En réalisant des expériences pour démontrer que la lumière ne se propage pas toujours en ligne droite, ce chercheur crée, selon sa propre expression, de la « lumière électrique », c’est-à-dire un mini-jet d’eau illuminé.

Malheureusement, ce procédé novateur ne fonctionne pas pour un Jet d’eau de 90 m. Théodore Turrettini et Constant Butticaz ne renoncent pas pour autant. Pour le 600e anniversaire de la Confédération, ils parviennent à éclairer le Jet d’eau. Mais pas entièrement. Le Jet d’eau est simplement éclairé par des projecteurs installés sur un bateau. Son intensité lumineuse est comparable à celle de 75'000 bougies.

Il y a 125 ans, le jet d’eau devient une attraction touristique.

Soixante ans plus tard, il poursuit sa croissance. En 1951, SIG équipe le Jet d’eau d’une station de pompage autonome. Elle puise l’eau du lac Léman et projette une colonne d’eau verticale de 7 tonnes à une vitesse de 200km/h à une hauteur de 140 mètres.

Son secret ? Une buse remplit l’eau de millions de bulles d’air, ce qui lui donne cette couleur blanche. Le fonctionnement du Jet d’eau lui-même ne sera plus modifié depuis lors.

Les Services Industriels de Genève sont les gardiens de ce symbole genevois depuis sa création. « Hier comme aujourd’hui, SIG est au cœur de l’activité industrielle de Genève. Depuis la fin du XIXe siècle, nous approvisionnons les ménages et les entreprises en eau, électricité et gaz, autant d’éléments indispensables au bien-être et à l’activité économique, » souligne Christian Brunier, directeur général de SIG.

En 2016, SIG installe une nouvelle cabine d’éclairage, conçue et réalisée par des entreprises genevoises. Elle est équipée de 13 projecteurs LED qui réduisent de moitié la consommation d’électricité de l’éclairage du jet d’eau. Symbole fort de la Genève internationale, le Jet d’eau est éclairé en solidarité à différentes causes, notamment humanitaires. Il se pare de bleu le jour dédié à la Journée mondiale de la Paix, en rose pour la Journée de la femme et en rouge pour le Don du sang.

Pour marquer les 125 ans du plus célèbre des monuments genevois, il a été mis en eau ce matin par l’écrivain genevois Joël Dicker. Cet auteur révélé par La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, vendu à 3,5 millions d’exemplaires, est né dans la cité de Calvin. Il y a fait toute sa scolarité et s’est lancé dans l’écriture après son Master en droit. Joël Dicker, qui vit toujours à Genève, a également écrit Les Derniers Jours de Nos Pères en 2012 et Le Livre des Baltimore en 2015.

Pour faire participer les Genevois à cet anniversaire, SIG lance aujourd’hui un jeu concours pour permettre de gagner 125 mises en marche du Jet d’eau. Il est accessible sur la page Facebook de SIG (www.facebook.com/sig.geneve) et disponible à l’espace Quartier Libre SIG sur le Pont de la machine.

Mais le Jet d’eau n’a pas toujours été une simple attraction touristique. A ses débuts, il avait une fonction industrielle. A la fin du XIXe siècle, alors que le réseau d’électricité n’existe pas, de nombreux artisans travaillent le long du Rhône. L’eau sous pression, qui provient de l’usine de la Coulouvrenière, alimente les moteurs des ateliers de fabrication de montres. Le soir, comme les artisans arrêtent leurs machines à la même heure, il se produit une surpression qui risque de provoquer un coup de bélier dans le réseau d’eau. C’est pourquoi on installe une vanne de détente qui laisse l’eau débiter vers le ciel. Le premier Jet d’eau est en réalité une soupape de sécurité. Il mesure 30 mètres. Il est situé à l’extrémité de l’usine de Coulouvrenière. Il disparaîtra avec l’abandon de l’eau utilisée comme force motrice au profit de l’électricité, laissant son grand frère déployer son panache sur la rade.

Photos
Archives 01 - Archives 02 - Photos 2016 - Photos Inauguration

Communiqué à imprimer
Rush de la construction de la cabine d’éclairage et de la passerelle disponible sur demande.
Lien vers la page du jeu concours pour les 125 ans du Jet d’eau : https://125ansjetdeau.xg1.li.


CONTACTS MÉDIAS
Véronique Tanerg, Porte-parole SIG
veronique.tanerg@sig-ge.ch
T 022 420 71 48 / M 079 103 17 68